Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
inconnu

fléau permanent, qu’on à sans cesse devant soi, qui chaque jour dévoré sa victime, finit, ainsi que cela est de toute logique, par familiariser l’habitant de la Vera-Crux avec ses terribles résultats. On soigne toujours les malades, mais on ne les plaint plus.

Dieu seul sait le nombre prodigieux d’étrangers qui, débarqués à la Vera-Crux pleins d’illusions, d’enthousiasme et d’élan, ont été arrêtés dès les débuts par la main mortelle du vomito prieto, qui jamais ne relâche sa victime !

Les habitants du pays, ceux de l’intérieur des terres, ne sont pas plus exempts de cette affreuse maladie que les Européens.

Il pouvait y avoir deux heures que j’étais dans la salle de billard, m’amusant, pour tuer le temps, à parcourir les interminables