Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V



Malgré le sublime dédain du Parisien pour tout ce qui n’est point Paris, je dois avouer, pourtant, que la magnificence de Mexico me frappa. Ses rues, si larges et si droites qu’on peut apercevoir, en se pla-