Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/310

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Alain, tout en grommelant ces lambeaux de phrases, ouvrit le coffre dont son maître lui avait confié la clé, y prit vingt écus de six livres, puis sortit, toujours en compagnie de son penbas, et après avoir refermé avec soin la porte derrière lui.

Une demi-heure plus tard, le Bas-Breton consciencieusement piloté par un bourgeois à qui il avait demandé son chemin, se trouvait, l’esprit perplexe et la contenance embarrassée, devant la boutique du drapier Buhot.

— Qu’est-ce que je vais lui dire ? se