Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/308

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui êtes si beau ! Je consens à être roué de coups si je vous ai reconnu lorsque vous êtes entré !… Quels jolis boutons de verre vous avez ! ça doit coûter cher, n’est-ce pas ?… au moins dix livres ?… Il paraît que ça ne va pas trop mal le commerce des chevaux, à Paris ! Tout le monde fait fortune, ici ; moi seul je…

— Baron, venez-vous ? dit de Morvan, à qui chaque minute de retard paraissait longue d’une heure.

Le boucanier et le chevalier sortirent. Alain resta atterré.