Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/306

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Legoff hocha lentement la tête d’un air de douce pitié, et, passant son bras sous celui du chevalier, il se dirigea vers la porte de sortie.

— Eh ! maître, s’écria Alain en s’élançant après de Morvan, vous oubliez mes écus.

— Tu les prendras dans le coffre que j’ai acheté hier et dont voici la clé, répondit le jeune homme. Ne t’absente de l’hôtel que le moins possible, et aies bien soin, quand tu sortiras, de fermer les portes à double tour.