Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/279

Cette page a été validée par deux contributeurs.


que ce soit, je quitterai sans hésiter, amour, fortune, plaisirs, pour obéir à votre voix, dès qu’elle m’appellera, et courir sus à l’assassin du comte de Morvan !

— Je prends acte de ce serment ! dit le boucanier d’un ton solennel. N’oublie point, Louis, que d’y manquer équivaudrait pour toi à la malédiction de ton père !

Legoff laissa pendant près d’une demi-heure le jeune homme livré à ses réflexions.