Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/277

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Oui, tu es un brave et loyal garçon, Louis, je le sais. Tu seras reconnaissant de mon dévoûment ; mais, que veux-tu ? il y a dans le cœur humain des mystères inexplicables. Je donnerai volontiers, oui, bien volontiers, ma vie pour sauver la tienne ; mais, je le sens, tu ne seras jamais à ma tendresse ce qu’a été ton malheureux père !

Legoff s’arrêta un instant, puis reprenant bientôt la parole, mais cette fois d’une voix stridente et dont les notes ressemblaient assez au bruissement que