Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/265

Cette page a été validée par deux contributeurs.


voir pour débattre nos intérêts respectifs !…

De Morvan crut alors — sachant combien son compagnon manquait d’éducation et de savoir-vivre — à une plaisanterie d’un goût équivoque, mais Mathurin ne le laissa pas longtemps dans cette erreur !

— Monsieur le chevalier, lui dit-il en changeant tout à coup de ton, c’est à peine si je vous ai rencontré sur ma route ; mais cela m’a suffi pour vous apprécier comme vous le méritez. Les qua-