Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/227

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et tranquille du célèbre boucanier, et ne voulant pas commettre avec lui sa dignité dans une discussion, ne releva pas celle réponse.

— Puisque vous êtes gentilhomme, monsieur, continua-t-il, je ne puis vous laisser jouir du bénéfice que la bassesse de son extraction eût valu au flibustier. Homme de rien, votre nom m’eût peu importé ! Gentilhomme, il n’est ni convenable, ni possible que vous paraissiez devant ma personne sous un nom qui ne vous appartient pas.