Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/198

Cette page a été validée par deux contributeurs.


votre refus d’aider à détruire ces boucaniers ou flibustiers des Indes, qui portent, à ce qu’il paraît, un si grand préjudice à la religion et bravent chaque jour la colère du ciel, en se livrant aux plus abominables sacriléges ? Cette tactique qui ne manquerait ni de perfidie, ni d’adresse, est assez dans les habitudes et les traditions de la diplomatie autrichienne.

— Je suis heureux de me trouver encore cette fois, d’accord avec la Raison, répondit le roi avec une galanterie moitié affectueuse et moitié solennelle.