Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/112

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et le Breton, ayant mis pied à terre, entendit son nouvel ami lui crier de nouveau, passant la tête à travers la portière :

— Croyez-moi, chevalier, gardez-vous de la bête !

Alain attendait le retour de son maître avec une vive impatience.

Depuis son aventure avec Buhot, la