Page:Duplessis - Les Boucaniers (Montbars l'exterminateur), Tome IV, 1853.djvu/100

Cette page a été validée par deux contributeurs.


recte pour eux, à venger l’injure de Dubois, se sentaient fort gênés. Quant au misérable abbé, sa pâleur livide, ses paupières dilatées par la rage, ses poings crispés, prouvaient combien, malgré son effronterie et son impudeur, il était sensible à l’outrage qui venait ainsi publiquement de l’atteindre en plein visage.

— S…, mille tonnerres ! s’écria-t-il en laissant tomber coup sur coup une dizaine de grossiers jurons, s… tonnerres, vous ne porterez pas, mon hobereau, cette impertinence en para-