Ouvrir le menu principal

Page:Dupeuty, Bourget - Tromb-Al-Ca-Zar.pdf/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.



BEAUJOLAIS, à Ignace.

Saluez donc, futur vieillard !

PREMIER COUPLET.

BEAUJOLAIS ; ils sont tous debout devant leurs places à table.
––––––––Un jambon de Bayonne.

TOUS.
–––––––De Bayonne en Bayonnais.

BEAUJOLAIS.
–––––––Bayonnais en Bayonnette.

TOUS.
––––––––––Ah ! turlurette !

BEAUJOLAIS.
––––––––––Eh ! bon, bon, bon,
–––––––––Que le vin est bon
––––––––––Avec le jambon
––––––––––––De… Pif !

GIGOLETTE.
–––––––––––––Pouf !

BEAUJOLAIS.
–––––––––––––Pif !

VERT-PANNÉ.
–––––––––––––Paf !

TOUS.
–––––––––––De Bayonne !!

BEAUJOLAIS.
–––––––––Ah ! vive le jam, jam…

VERT-PANNÉ.
–––––––––––Le bon, bon…

GIGOLETTE.
–––––––––––De Ba, Ba…

TOUS.
––––Le jam… le jam… le bon… bon… de Ba… Ba…
–––––––––––De Bayonne !

GIGOLETTE.
–––––––––––Jambonus !

VERT-PANNÉ.
–––––––––––Jambona !

BEAUJOLAIS.
–––––––––––Jambonum !

TOUS.
–––––––––––De Bayonne !
DEUXIÈME COUPLET.

BEAUJOLAIS.
––––––––Le rillon, la rillette.

TOUS.
––––––––Le saucisson de Lyon.

BEAUJOLAIS.
–––––––De Champagne l’andouillette !

TOUS.
––––––––––Ah ! turlurette !

BEAUJOLAIS.
––––––––––Eh ! non, non, non,
–––––––––Ça n’est pas si bon
–––––––––Que le vrai jambon.
––––––––––––De… Pif !

GIGOLETTE.
–––––––––––––Pouf !

BEAUJOLAIS.
–––––––––––––Pif !

VERT-PANNÉ.
–––––––––––––Paf ! etc.

BEAUJOLAIS.

Allons, verse encore, et ne va pas faire comme l’autre jour dans Lucrézia.


VERT-PANNÉ, riant très-fort.

Ah ! oui, oui… J’avais oublié l’affreuse fiole des Borgia.


BEAUJOLAIS.

Et comme il fallait absolument me tuer…


VERT-PANNÉ.

J’ai remplacé le fatal breuvage par une ruade alsacienne très-connue dans le Bas-Rhin. (Geste avec le pied.) Vlan ! en plein.


BEAUJOLAIS, se levant.

Je n’en suis pas moins tombé en m’écriant : Ah ! je meurs empoisonné. (Il retombe sur sa chaise.)


IGNACE, rentrant.

Empoisonné !


TOUS, avec terreur.

Qui vient ça !


IGNACE.

Madame et Messieurs, c’est du kirsch.


BEAUJOLAIS.

Wasser… donne.


VERT-PANNÉ, faisant sauter le bouchon.

De la forêt Noire… ça nous connaît.


IGNACE, à part.

Je crois bien… Laissons-les s’enivrer, et quand ils seront sous la table… j’enlève Simplette. (Il sort.)


TOUS.
Air du Chalet.
––––Du vin, du vin, du kirsch et du tabac,
––––Ça fait, ça fait du bien à l’estomac…
––Paroles, paroles de monsignor Ze Scribe,
––––––––––Musique, musique
––––––––––De monsignor Z’Adam…

(Ils frappent avec leurs gobelets.)

–––––––––––Ran, plan, plan !

VERT-PANNÉ.

Redoublons.


BEAUJOLAIS.

Non, ça serait de la bohème. D’ailleurs il n’y a plus rien. N’abusons pas de la générosité de ce pauvre garçon… Qu’est-ce qui m’aide à ranger la table ?


GIGOLETTE.

Pas moi.


BEAUJOLAIS, à Vert-Panné qui l’aide.

Et en attendant les autres camarades, si nous piochions un peu nos rôles des Trabücayres ?


VERT-PANNÉ, il tire sa pipe de sa botte.

Non, j’aime mieux en griller une.


BEAUJOLAIS.

Grilles-en deux, si tu veux, mais répétons.


GIGOLETTE.

Ah ! oui, notre grand drame de début à Bayonne.


BEAUJOLAIS.

Cinq actes et trente-sept tableaux.


VERT-PANNÉ, saluant Beaujolais.

Musique de monsieur Beaujolais.


BEAUJOLAIS, même jeu.

Paroles de monsieur Vert-Panné.


GIGOLETTE, même jeu.

Mise en scène…


BEAUJOLAIS, saluant.

Inférieure…


GIGOLETTE, révérence.

De mademoiselle Gigolette.


VERT-PANNÉ.

Vois-tu, mon petit vieux, c’est pas pour te flatter, mais tu as crânement tapé ça. Je ne sais pas ce qu’ils en diront à Paris, cette ville jalouse ; mais, vois-tu, entre nous, la musique… la, sans fard, ça y est… aux pommes.


BEAUJOLAIS, tirant le manuscrit de sa poche.

Et ton poëme ? je ne te dis qu’une chose, ma vieille : si l’Académie a deux sous de n’importe quoi, tu passeras le pont des Arts.


GIGOLETTE.

Il y passera.


VERT-PANNÉ.

Mais non, mais non ; c’est tout bêtement sublime, voilà tout.


BEAUJOLAIS, au public.

Comme comédien, ça va encore ; mais comme auteur… (Geste de la main.) Toc !


VERT-PANNÉ, de même.

Comme acteur, il est passable ! mais comme musicien, tacet !


GIGOLETTE.

Et quel titre !…


BEAUJOLAIS, lisant.

Tromb-al-ca-zar ou la Défaite opiniâtre et prolongée des Trabücayres, premier tableau, scène première.


VERT-PANNÉ.

Toi, Gigolette, en attendant ton entrée, va faire sœur Anne sur la plage, et vois… si tu ne vois… rien venir. (Il la fait sortir à gauche.)


BEAUJOLAIS.

Ah oui ! les camarades… ah ! s’ils pouvaient se faire restituer la recette…


VERT-PANNÉ.

Recette fabuleuse…


BEAUJOLAIS.

Vingt-sept francs soixante… en gros sous !


VERT-PANNÉ.

Abonnement compris.


Scène VII.

Les Mêmes, moins GIGOLETTE, puis IGNACE.



VERT-PANNÉ.

Voyons, voyons… la scène se passe en Espagne, dans une posada.