Page:Dujardin - Les Premiers Poètes du vers libre, 1922.djvu/36

Cette page a été validée par deux contributeurs.
30
les premiers poètes du vers libre

2o La Vogue, I, no 9, 21-27 juin 1886 : — Mouvement, d’Arthur Rimbaud. Également dans les Illuminations.

Venant tout de suite après la publication de Marine, la publication de Mouvement confirme la priorité de Rimbaud.

3o La Vogue, I, no 10, 28 juin-5 juillet 1886 et no 11, 5-12 juillet : — Traduction, par Jules Laforgue, de Dédicaces et d’Ô Étoile de France, de Walt Whitman (Feuilles d’Herbe).

Nous examinerons plus loin si cette traduction peut être considérée comme étant des vers libres ou si elle a pu en donner l’impression.

Nouvelle traduction de Walt Whitman, également par Laforgue, dans la Vogue, tome II, no 3, 2-9 août, Une femme m’attend.

4o La Vogue, I, no 10, 28 juin-5 juillet 1886 ; no 11, 5-12 juillet, et II, no 1, 19-26 juillet : — Intermède de Gustave Kahn. Publié ensuite dans les Palais Nomades.

Les premiers vers libres publiés par Gustave Kahn se trouvent dans la pièce no IV ; à partir de cette pièce, succession de vers réguliers et libérés et de vers libres.

Le cas de Gustave Kahn est, en effet, complexe. On parle couramment des Palais Nomades (où se retrouvent, comme nous l’indiquons, les poèmes