Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
77
ANTONIA

l’Amante. L’Amant, blême, défiguré par l’agonie, les yeux sans regards et sans pensée, s’appuie sur les bras de l’Amante qui le soutient, presque aussi pâle elle-même. Ils approchent à pas longs et difficiles.



Le Chœur des Bourgeois

1er Groupe

Quel est ce front
Moribond
À qui l’affre de la tombe fait cet air profond ?



2e Groupe

Quelle est celle
Non moins blanche et non moins solennelle,
À qui le souci fait ces fixes prunelles ?



1er Groupe

Paix à ceux



2e Groupe

Qui vont souffrant sous les cieux !



1er Groupe

Quel est cet exilé
Natif de climats ignorés