Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/282

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
264
LA LÉGENDE D’ANTONIA


Gaspard

Il fallait, ô femme,
Que le glaive transperce ton âme…


Balthazar

Afin que la conscience
Au fond des cœurs ait sa délivrance.

Strophe :

Melchior

Versons les arômes,
Les plus suaves baumes,
L’encens des plus célestes psaumes.


Gaspard

Que les regards
D’or éclatant se parent !


Balthazar

Que la myrrhe en blanches floraisons
Monte à travers les horizons
Dans les rêves les plus profonds !

Strophe :

Melchior

Le cycle des fatalités
Peu à peu s’est déroulé.