Page:Dujardin - Antonia, 1899.djvu/269

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
251
LA FIN D’ANTONIA



Scène II


Soutenue par le second Bûcheron, la Mendiante arrive, les yeux à demi clos et encore insensible à ce qui l’entoure.


2e Bûcheron

Viens !
Pauvre femme… le soleil est en son plein…
Rouvre tes yeux,
Rouvre ton âme à la douceur des cieux…
Le danger est passé,
La vie va revenir à ton corps blessé…
Oui, repose-toi…
Pauvre femme… reviens à toi…

La Mendiante s’est assise sur un bloc de pierre. Peu à peu, lentement, elle semble retrouver ses sens ; tous la suivent anxieusement du regard ; tout à coup, elle ouvre les yeux, et, sous le flot de lumière qui inonde ses pupilles, elle sursaute.

Cri déchirant.

Les deux Vieux Bâcherons la soutiennent, et, lentement toujours, elle revient à elle.

Long et faible gémissement.