Page:Dugas - Un voyageur des pays d’en-haut, 1890.djvu/99

Cette page a été validée par deux contributeurs.
97
DES PAYS D’EN HAUT

à une grande distance au large, il se mit à faire des signes pour attirer l’attention ; heureusement on l’aperçut et on vint à son secours. Ce canot portait deux bourgeois de la baie d’Hudson qui se rendaient à la Rivière-au-Brochet ; ils prirent avec eux Charbonneau, qui était à la veille de mourir de faim. Quant à ses compagnons, il n’en entendit plus parler.

Quelques jours après son arrivée au poste de la Rivière-au-Brochet, Charbonneau fut envoyé à York Factory, sur les bords de la baie d’Hudson. Il atteignit dans le courant du mois d’août cette mer du Nord, sous un ciel sombre et triste, dans une région où, suivant l’expression originale d’un missionnaire, l’hiver arrive un mois avant l’automne.

Quatre mois de voyages n’avaient pas suffi pour effacer de la mémoire de Charbonneau le souvenir des belles campagnes du Canada, et, quoiqu’il n’eût guère l’esprit tourné à la poésie, il ne put s’empêcher de faire la comparai-