Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/395

Cette page a été validée par deux contributeurs.


blessés français couchés dans les maisons, les jetèrent nus, par les fenêtres, sur le passage des Cosaques qui les massacraient.

Au sortir de la ville, des milliers de ces féroces cavaliers se mirent à la poursuite des convois qui renfermaient le trésor de l’armée : la panique se mit dans les rangs du régiment chargé de les protéger : les voitures furent pillées ; dix millions disparurent.

Ney accourut, amenant Jean Cardignac et un millier d’hommes tant de la Garde que du 29e de ligne.

Le maréchal, fusil en main, excitait ses hommes ; notre ami l’imitait lorsque soudain il se trouva entouré par cinq Cosaques.

— À moi, mes braves ! s’écria Jean tout en se défendant à coups de baïonnette.

Cancalot et Grimbalet s’élancèrent. Mais un coup de lance perça la gorge du Parisien ; Grimbalet, renversé, lui aussi, par le poitrail d’un cheval, perdit connaissance, et soudain, au milieu du fracas de la lutte et des rauques vociférations des Cosaques, Jean Cardignac ressentit à la tête un choc violent qui l’étourdit.

Il se sentit soulever par des bras vigoureux, puis il eut la perception qu’un galop furieux l’emportait ; il se rendit compte qu’on l’avait placé en travers de la selle d’un Cosaque, car ses jambes ballottaient dans le vide.

Enfin, il perdit connaissance.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Une étrange impression de bien-être physique ramena notre ami Jean au sentiment du réel : la pensée lui revint au moment même où une douce tiédeur l’envahissait, engourdissant ses membres, et il sentit autour de son corps le contact agréable d’une peau d’ours.

Pourtant il n’ouvrit pas tout de suite les yeux.

Dans son cerveau, un bourdonnement persistait, lui causant encore une souffrance, et l’empêchant de souder ses souvenirs.

De fait, entre l’évanouissement complet et la reprise de la vie active, il y a une période intermédiaire de flottement physique et moral.

Notre brave ami Jean traversait justement cette période-là.

Mais petit à petit, sa nature robuste et son cerveau, si lucide d’ordinaire, redevinrent les maîtres, et Jean vit clair dans son aventure.