Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/287

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et surtout à cette heure tardive, les bourgeois et les commerçants du quartier préféraient rester chez eux. De plus, comme l’avait dit tout à l’heure Catherine, les conspirations et les coups de main étaient fréquents à cette époque. Or, c’étaient choses peu attrayantes, pour de paisibles marchands, surtout après les années qu’on avait traversées.

Aussi, peu de fenêtres s’ouvrirent-elles à l’appel de Grimbalet, et toutes se refermèrent instantanément avec une précipitation qui dénotait au moins, chez les habitants de la rue, une extrême prudence à défaut de bravoure.

Cependant Grimbalet hurlait toujours, cherchant à se dépêtrer des baleines de son parapluie, et Jean Tapin, amusé malgré lui, ne pouvait s’empêcher de rire de la mine déconfite et terrifiée du commis, lorsque soudain, la porte de l’épicerie Sansonneau s’ouvrit toute grande, et sur le seuil, en pleine lumière, Lisette apparut !…

Entraîné par une force irrésistible, notre ami Jean s’élança vers elle ; mais la jeune fille, qui n’avait pas tout d’abord distingué les traits du jeune sergent, poussa un cri terrible. Puis elle pâlit, et portant les deux mains à son cœur :

— Oh ! s’écria-t-elle, c’est lui !… c’est mon petit Jean !… mon Jean !

Une défaillance l’envahit ; ses genoux fléchirent et Lison, sous le coup d’une joie intense et d’une indicible surprise, se renversa en arrière, évanouie.

Jean était déjà près d’elle et la reçut dans ses bras.

Alors, fou de douleur en la voyant inanimée, ne songeant plus qu’à elle, le jeune sergent l’enleva comme il eut enlevé une fleur, et, l’emportant dans ses bras robustes, il se précipita vers l’arrière-boutique, tandis que Grimbalet, dépêtré enfin et traînant derrière lui les débris de son parapluie, le suivait, l’air profondément ahuri !


Je vous laisse, mes enfants, juges de la stupeur énorme que produisit sur Catherine, sur maîtresse Sansonneau, cette entrée si imprévue, et je n’ai pas besoin de vous raconter l’effusion de tendresse qui suivit le premier moment de stupéfaction épouvantée.

Ce furent à la fois de la joie et des larmes !

Grimbalet lui-même, qui avait si souvent entendu parler de Jean Tapin, pleurait comme une grande bête avec une grimace comique.