Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Attendez un instant, dit-il, vous allez trop vite. Certainement, dans une affaire aussi délicate, nous ferons tous nos efforts pour éviter un scandale.

Milverton se rassit.

— J’étais bien sûr que c’est ainsi que vous comprendriez la chose, murmura-t-il.

— Je dois vous dire, continua Holmes, que lady Eva n’est pas riche. Je vous assure que deux mille livres constituent une somme considérable pour ses ressources, et que le prix que vous réclamez est absolument au-dessus de ses moyens. Je vous prie donc d’abaisser votre chiffre et de me remettre les lettres, contre le paiement de la somme que je vous propose ; il lui est impossible de la dépasser.

Milverton sourit encore.

— Je sais parfaitement que les ressources de cette jeune fille sont bien telles que vous me les indiquez, dit-il. Vous admettrez bien cependant qu’en vue d’un mariage projeté, ses parents et ses amis ne manqueront pas de faire quelques efforts en sa faveur. Ils peuvent hésiter sur le choix d’un cadeau à lui faire ; la remise du petit paquet de lettres en question,