Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/85

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Eh bien, Watson, nous avons de la chance de ne pas avoir à sortir ce soir, dit Holmes en abandonnant son étude. J’ai assez travaillé et j’ai la vue fatiguée. Je crois, d’ailleurs, qu’il ne s’agit que des comptes d’une abbaye qui remontent seulement à la seconde moitié du xve siècle ! Tiens, tiens ! qu’est-ce cela ?

Au milieu du fracas de la tempête, nous venions d’entendre le bruit des sabots d’un cheval et le grincement d’une roue contre le trottoir. Le cab que j’avais aperçu s’était arrêté à notre porte.

— Que diable nous veut-il ? m’écriai-je voyant un homme en sortir.

— Ce qu’il veut ? Nous, certainement ; et il nous faudra, sans doute, prendre nos caoutchoucs, nos pardessus, nos foulards, tout ce que l’homme a inventé pour lutter contre les intempéries des saisons. Attendons un peu ! Voilà le cab qui s’éloigne… il y a de l’espoir. S’il avait eu besoin de nous emmener, l’homme n’eût pas manqué de le garder. Descendez vite, mon cher ami, et ouvrez la porte, car tous les gens vertueux sont au lit depuis longtemps.

Dans le vestibule, je reconnus de suite, à la