Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/31

Cette page a été validée par deux contributeurs.


comme vous avez ruiné la mienne ! Vous ne briserez plus un autre cœur comme vous avez brisé le mien ! Je vais débarrasser le monde d’un reptile comme vous !… Ramassez cela, chien !… et cela ! et cela !… et cela !… et cela !

Elle avait saisi dans son corsage un petit revolver et avait vidé le barillet à bout portant dans la poitrine de Milverton qui, s’affaissant sur la table, essayait encore d’y reprendre ses papiers. Il se releva, reçut un dernier coup et roula par terre.

— Vous m’avez achevé ! dit-il.

Et il ne bougea plus.

La femme l’examina et lui porta un coup de talon au visage. Il ne fit aucun mouvement. L’air frais de la nuit pénétra dans la pièce surchauffée… la vengeresse avait disparu !

Rien ne pouvait sauver cet homme de son destin. Au moment où j’avais eu l’intention de me montrer pour enlever le revolver de cette femme, j’avais senti la main froide de Holmes saisissant mon poignet pour me retenir. J’avais compris la signification de cette étreinte. Nous