Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vais-je faire ? Mon prix correspondait à vos moyens ; vous n’avez pas voulu payer.

— Alors vous avez envoyé les lettres à mon mari, à lui, l’homme le plus noble qui ait jamais existé, un homme dont je n’étais pas digne de dénouer les souliers. Cela lui a brisé le cœur et il en est mort. Vous vous rappelez la nuit où je suis venue ici pour vous supplier à genoux d’avoir pitié… vous m’avez ri au nez, comme vous le feriez en ce moment si vos lèvres ne tremblaient pas. Oui… vous pensiez bien ne jamais me revoir ici, mais, ce soir-là, j’avais compris ce qu’il fallait faire pour vous rencontrer seul à seul. Eh bien, Charles Milverton, qu’avez-vous à dire ?

— Ne croyez pas que vous pourrez m’intimider, fit-il en se levant, je n’ai qu’à élever la voix et appeler mes domestiques pour vous faire arrêter immédiatement. Mais je veux bien faire la part de votre colère légitime… Sortez d’ici de suite, et je ne dirai rien.

La femme se tenait la main cachée dans son corsage, elle avait aux lèvres le même sourire plein de menaces.

— Vous ne ruinerez plus une existence