Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/242

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mais toutes les descriptions, toutes les photographies ne m’avaient nullement préparé au charme délicat et au teint merveilleux de cette tête exquise. Et pourtant, par ce matin d’automne, ce n’eût pas été sa beauté qui eût tout d’abord frappé le regard d’un observateur. Le coloris de ses joues était merveilleux, mais l’émotion l’avait pâli, les yeux avaient l’éclat que donne la fièvre, les lèvres sensuelles étaient contractées par l’effort qu’elle faisait pour garder son sang-froid. Nous remarquâmes surtout l’expression de terreur peinte sur les traits de cette belle femme quand elle apparut à nos regards dans l’entrebâillement de la porte.

— Mon mari est-il venu ici, monsieur Holmes ? demanda-t-elle.

— Oui, madame, il est venu.

— Je vous en supplie, monsieur Holmes, ne le prévenez pas de ma visite.

Holmes salua froidement et désigna un siège à la dame.

— Votre Seigneurie me place dans une situation fort délicate. Veuillez donc vous asseoir et me faire connaître le but de votre visite ;