Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/239

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sa chambre, située sous les combles. Le valet de chambre avait eu la soirée libre et l’avait passée à Hammersmith, chez un ami. M. Lucas se trouvait donc seul à partir de dix heures. Que se passa-t-il alors ? on n’a pu encore l’établir, mais à minuit moins un quart, le constable Barrett, descendant Godolphin Street, remarqua que la porte de la rue était entr’ouverte. Il frappa, mais ne reçut pas de réponse. Apercevant de la lumière dans une des pièces du rez-de-chaussée, il entra dans le vestibule et frappa de nouveau sans résultat. Il poussa donc résolument la porte de l’appartement et entra. La pièce était dans un désordre complet, le mobilier déplacé, une chaise à terre ; au milieu, à côté d’elle et tenant encore un des montants dans sa main, était étendu le malheureux locataire de l’hôtel. Il avait reçu un coup de poignard au cœur ; la mort avait dû être instantanée. L’arme qui avait servi au crime était un poignard indien recourbé, qui avait été enlevé à une panoplie d’armes orientales apposée sur l’un des murs. Le vol ne semble pas être le mobile du crime, car aucun des objets de valeur renfermés dans la pièce n’a