Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/233

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Oui, très bien. Il est donc, n’est-il pas vrai, de l’intérêt des ennemis de ce chef d’État de se procurer cette lettre et de la publier, afin de provoquer une rupture entre cette puissance et la Grande-Bretagne ?

— C’est la vérité.

— Et à qui ce document serait-il envoyé s’il tombait entre les mains de ces ennemis ?

— À n’importe laquelle des grandes chancelleries de l’Europe. Sans doute, en ce moment même, on est en train de l’y apporter aussi rapidement que la vapeur peut le permettre.

M. Trelawney Hope inclina la tête et soupira profondément. Le premier ministre posa la main sur son épaule avec bonté.

— C’est un malheur, voyez-vous, mais personne ne peut vous adresser de blâme, car vous aviez pris toutes les précautions possibles.

— Maintenant, monsieur Holmes, vous connaissez les faits ; quel conseil nous donnez-vous ?

Holmes secoua tristement la tête.

— Vous pensez donc, dit-il, que si l’on ne retrouve pas ce document, ce sera la guerre ?

— C’est fort probable.