Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/224

Cette page a été validée par deux contributeurs.


monsieur Holmes, il était huit heures, ce matin, et j’ai aussitôt prévenu le premier ministre. C’est lui qui m’a suggéré l’idée de venir vous trouver.

— En avez-vous informé la police ?

— Non, monsieur, dit le premier ministre avec sa vivacité bien connue, nous ne l’avons pas fait et il est impossible de s’adresser à elle, car ce serait rendre la chose publique et voilà ce que nous désirons particulièrement vivement éviter.

— Et pourquoi donc ?

— Parce que le document en question a une telle importance, que sa publication pourrait facilement — je dirai même selon toute probabilité — amener les complications européennes les plus graves. C’est là, voyez-vous, une question de paix ou de guerre ! Si l’on n’arrive pas à le découvrir avec le plus grand secret, il vaut mieux ne pas le retrouver, car le but que poursuivent ceux qui s’en sont emparés, c’est d’en publier le contenu.

— Je comprends. Et maintenant, monsieur Trelawney Hope, je vous serai très obligé si vous voulez bien me faire connaître très exac-