Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/21

Cette page a été validée par deux contributeurs.


La température chaude de la serre et le parfum des fleurs exotiques nous prenaient à la gorge. Holmes me saisissait la main dans l’obscurité et me conduisait à travers les arbustes dont les branches nous fouettaient le visage ; il avait, par une longue habitude, accoutumé ses yeux à voir dans les ténèbres. Tout en me tenant la main, il ouvrait une porte et nous pénétrions dans une pièce où mon odorat me faisait percevoir l’odeur d’un cigare. Il tâtonna alors le long des meubles, puis ouvrit une autre porte qu’il ferma derrière nous. Je sentis, contre la muraille, des vêtements suspendus, et je me rendis compte que nous nous trouvions dans un vestibule ; nous le traversâmes, et Holmes ouvrit sans bruit une autre porte à droite. Quelque chose bondit sur nous ; mon sang ne fit qu’un tour, je m’aperçus enfin, en souriant, que c’était un chat. Le feu brûlait dans la cheminée et l’atmosphère était également imprégnée de tabac. Holmes marcha sur la pointe des pieds et m’attendit ; puis, très doucement, referma la porte. Nous nous trouvions dans le cabinet de Milverton, séparé de la chambre à coucher par une seule portière.