Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/202

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sur l’étagère (où on en voit encore la trace sur la poussière) et il a pu ainsi couper le cordon avec son couteau. Il s’en faut de six centimètres pour que je puisse l’atteindre à cet endroit, je puis donc affirmer que cet homme a six centimètres de plus que moi. Regardez donc cette tache sur le siège du fauteuil de chêne, qu’est-ce cela ?

— C’est une tache de sang.

— Oui, sans aucun doute, c’est du sang. Voilà encore qui renverse entièrement le roman qu’on nous a raconté. Si la femme était assise et ligottée sur ce fauteuil au moment où le crime a été commis, comment se fait-il que cette tache se trouve sur le siège même ? Non, non, elle a été placée sur ce fauteuil après la mort de son mari et je suis sûr que nous trouverions sur la robe pailletée qu’elle portait, une tache correspondante. Ce n’est pas, comme nous l’avions craint, notre Waterloo, mais bien notre Marengo, car, si la bataille a commencé par une défaite, elle s’est terminée par une victoire. Il faut pourtant que je parle à la femme de chambre, Thérèse Wright, mais j’aurai à peser mes paroles si je veux en tirer quelque chose.