Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/15

Cette page a été validée par deux contributeurs.


J’en perdis le souffle ; je me sentis glacé par ces paroles prononcées d’un ton qui n’admettait pas la réplique. J’eus, comme dans un éclair qui découvre l’horizon, une entière vision de tout ce qui pourrait advenir ; sa découverte, son arrestation, toute une existence d’honneur se terminant dans une catastrophe irréparable ; mon ami à la merci d’un homme comme Milverton !

— Pour l’amour de Dieu, Holmes, réfléchissez à ce que vous allez faire ! m’écriai-je.

— C’est tout réfléchi, mon cher ami. Je ne m’emballe jamais, et je n’aurais jamais choisi un terrain aussi dangereux si j’avais pu faire autrement. Examinons les choses avec sang-froid et précision. Vous admettez bien avec moi qu’au point de vue moral, cette action est juste si elle ne l’est pas en droit strict. Cambrioler la maison de cet individu n’est pas un fait plus grave que de lui arracher de vive force son portefeuille, et pourtant, vous étiez prêt à m’aider à le faire.

Ceci me força à réfléchir.

— Oui, dis-je, cela peut se justifier au point de vue moral, si nous n’avons pour but que de