Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vieillard, à l’aspect bizarre, qui se tenait près du seuil de la porte ; il était entièrement habillé de vêtements d’un noir usé, tirant sur le rouge, portait un haut de forme à bords très larges et une cravate blanche nouée à la main. Il ressemblait à un pasteur de province ou, mieux encore, à un employé des pompes funèbres. Et pourtant, malgré son aspect misérable, sa voix avait des accents d’autorité et son attitude, une énergie qui commandait l’attention.

— Qui êtes-vous, monsieur, et de quel droit touchez-vous aux papiers de ce jeune homme ? demanda-t-il.

— Je suis un détective qui n’a, il est vrai, rien d’officiel, et je cherche à expliquer sa disparition, dit Holmes.

— Vraiment !… et qui vous a chargé de cette mission ?

— Ce gentleman, que voici. C’est un des amis de Staunton qui m’a été adressé par Scotland Yard.

— Qui êtes-vous, monsieur ? dit-il en se tournant vers le jeune homme.

— Je m’appelle Cyril Overton.

— C’est donc vous qui m’avez envoyé une