Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/125

Cette page a été validée par deux contributeurs.


suis trouvée dans la chambre de mon mari. Il m’a déclaré qu’il allait me dénoncer. Je lui ai démontré que, s’il le faisait, sa vie serait entre mes mains, et que, s’il me livrait à la justice, je le livrerais à nos vengeurs. Ce n’est pas parce que je désirais la vie, mais parce que je voulais accomplir l’œuvre que je m’étais donnée pour but ; il savait que ce que je disais je le ferais, et que son sort suivrait le mien. C’est pour ce motif unique qu’il m’a cachée. Il me dissimula dans ce placard connu de lui seul, et prit ses repas dans sa chambre, afin de me faire partager sa nourriture. Il était entendu que lorsque la police aurait quitté la maison je disparaîtrais pour toujours. Vous avez deviné nos plans.

Elle sortit de son corsage un petit paquet.

— Voici mes dernières paroles, dit-elle, voici le paquet qui sauvera Alexis, je le confie à votre honneur et à votre amour de la justice. Prenez-le et remettez-le à l’ambassade de Russie ; maintenant, j’ai accompli mon devoir et…

— Empêchez-la, s’écria Holmes qui, traversant la pièce, lui arracha des mains un petit flacon.