Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/121

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas même à vous. Pourtant ce n’est pas à moi à couper le fil de vos jours avant que Dieu le veuille ; j’ai, moi-même, un poids assez lourd sur la conscience depuis que j’ai franchi le seuil de cette maison maudite. Mais il faut que je parle ou ce sera trop tard.

Je vous ai dit, monsieur, que j’étais la femme de cet homme, ajouta-t-elle en s’adressant à Holmes. Il avait cinquante ans et moi j’en avais à peine vingt quand nous nous sommes mariés. Notre mariage eut lieu dans une ville universitaire de Russie que je ne nommerai pas.

— Que Dieu vous protège, Anna ! dit de nouveau le vieillard.

— Nous étions des réformateurs, des révolutionnaires, en un mot des nihilistes lui et moi, et bien d’autres. Puis, au milieu d’une émeute, un officier de police fut tué, beaucoup d’entre nous furent arrêtés, mais les preuves manquaient. Alors, pour avoir la vie sauve et gagner une grosse somme, mon mari trahit sa femme et ses amis. Ce fut à la suite de ses aveux que nous fûmes tous arrêtés. Beaucoup des nôtres furent pendus, d’autres envoyés en Sibérie. Je fus de ces derniers, mais seulement