Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/120

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dit-elle. J’ai tout entendu et j’ai compris que vous aviez découvert la vérité. Je l’avoue, c’est moi qui ai tué ce jeune homme, mais vous avez raison de croire que c’est par accident. Je ne savais même pas que c’était un poinçon dont je me servais pour le frapper. J’avais pris sur le bureau le premier objet qui m’était tombé sous la main. C’est la vérité et je vous le jure !

— Je le sais, madame, dit Holmes… mais vous paraissez souffrante.

La pauvre femme était devenue livide sous la poussière qui couvrait son visage. Elle s’assit au pied du lit et continua :

— J’ai peu de temps à rester ici, mais je dois vous dire tout. Je suis la femme de cet homme, il n’est pas Anglais, mais Russe, il est inutile de vous dire son nom.

Pour la première fois, le vieillard tressaillit.

— Que Dieu vous protège, Anna ! que Dieu vous bénisse !

Elle lui lança un regard empreint du plus profond mépris.

— Pourquoi tenez-vous tant à votre misérable vie, Serge ? dit-elle. Vous avez fait du mal à nombre de gens et du bien à personne,