Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/116

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Stanley Hopkins et moi-même le regardâmes d’un air étonné. Un sourire de mépris passa sur les traits du professeur.

— Vraiment, dans le jardin ?

— Non, ici.

— Ici ?… mais quand ?

— À l’instant même.

— Vous plaisantez, monsieur Sherlock Holmes, et l’affaire est trop grave pour prêter à la plaisanterie.

— J’ai forgé tous les anneaux de ma chaîne, professeur Coram, et je suis sûr de sa solidité. Quelle est votre part en tout ceci ? quel rôle avez-vous joué ? je ne puis encore le dire ; dans quelques instants, sans doute, c’est vous qui me le ferez connaître. En attendant, je vais vous reconstituer le passé et vous verrez ce qui me reste à apprendre :

Une dame est entrée, hier, dans votre cabinet avec l’intention de s’emparer de certains documents renfermés dans votre bureau. Elle en avait la clef, j’ai vu la vôtre et je n’y trouve pas d’éraflure. Vous n’étiez donc pas son complice et elle a dû venir vous voler sans que vous l’ayez su.