Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/111

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Ah ! je ne suis qu’un rêveur ! je ne peux expliquer les choses pratiques de la vie… peut-être pourtant lui rappelait-il une personne aimée… Prenez donc une autre cigarette, c’est un plaisir d’avoir affaire à un amateur comme vous… oui, les jeunes gens gardent parfois comme souvenirs un éventail, un gant, un lorgnon !… Qui peut prévoir l’objet qu’on gardera comme un trésor jusqu’à la fin de sa vie ?… Votre ami, là-bas, m’a parlé de traces de pas sur le gazon… il est facile de se tromper sur ce point. Quant au poinçon, il a très bien pu le jeter loin de lui en tombant. Je parle peut-être comme un enfant, mais, à mon avis, il est facile d’admettre que c’est Smith lui-même qui s’est donné la mort.

Holmes parut frappé de cette hypothèse et continua à marcher de long en large pendant quelque temps, perdu dans sa rêverie, tout en fumant des cigarettes.

— Dites-moi, monsieur le professeur, dit-il enfin, que renfermait l’étagère de votre bureau ?

— Rien qui pût être utile à un voleur… des papiers de famille, des lettres de ma pauvre femme, des diplômes des Universités que j’ai