Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/319

Cette page n’a pas encore été corrigée


avoir toute la troupe sur les bras. Qu'on mette les morts et les blessés sur la charrette! Nous y attellerons ces deux chevaux de troupe. Nous ne serons en sûreté qu'après être arrivés à Taunton.

Maître Josué lui-même comprit que l'on était trop pressé pour avoir le temps de se livrer à aucune pratique spirituelle.

Les blessés furent hissés dans la charrette et étendus sur les matelas, pendant que les morts étaient déposés dans l'autre charrette qui avait protégé notre arrière.

Les paysans, qui en étaient possesseurs, bien loin de faire des objections contre cette façon de disposer de leur bien, nous aidèrent de leur mieux, en serrant les sous-ventrières et bouclant les traits.

Moins d'une heure après le combat, nous avions repris notre marche et nous jetions à travers le crépuscule un dernier regard sur des taches sombres et éparpillées qui marquaient la route blanche.

C'étaient les corps des dragons qui indiquaient l'endroit où nous avions été victorieux.