Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/275

Cette page n’a pas encore été corrigée


avalier bien monté, et selon toutes les apparences un homme acculé aux dernières extrémités et prêt à tout. Pourquoi ne l'enrôlerions-nous pas ?

-Ce que je crains, dit Saxon, c'est que son corps ne soit comme le son dont est bourré un coussin neuf et qui n'a d'autre valeur que celle de son enveloppe. Mais c'est peut-être mieux ainsi. La série de ses titres pourra lui assurer un bon accueil au camp, car, à ce qu'on me dit, on ne serait pas très satisfait de l'indifférence que montre la noblesse à l'encontre de l'entreprise.

-J'ai eu peur, dis-je toujours à voix basse, que nous ne perdions l'un de nous au lieu de faire une recrue, dans cette hôtellerie anglaise.

-J'ai fait mes réflexions, répondit-il en souriant. Mais je vous en parlerai plus tard... Eh bien, Sir Gervas Jérôme, reprit-il à haute voix en s'adressant à notre nouvel associé, j'apprends que vous venez avec nous. Il faudra vous contenter de nous suivre pendant un jour sans faire de question, ni de remarque. Est-ce convenu ?

-J'accepte avec empressement, s'écria Sir Gervas.

-Maintenant, vidons un verre pour faire plus ample connaissance, s'écria Saxon, en levant son verre.

-Je bois à vous tous, dit le galant. Buvons à une lutte loyale et au triomphe des plus braves!

-Éclair et tonnerre! dit Saxon, malgré votre