Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/204

Cette page n’a pas encore été corrigée


comme une citrouille gâtée. Il n'y a rien d'étonnant à ce qu'ils aient suivi ma piste, car j'ai laissé non seulement ma sangle de rechange, mais encore mon mouchoir là-bas, et cela a suffi pour les mettre sur la piste de Chloé comme sur la mienne.

-Et Chloé, où est-elle ? demandai-je en essuyant mon épée.

-Chloé a dû se tirer d'affaire comme elle pouvait. Voyez-vous, je me suis aperçu que les chiens me gagnaient de vitesse. Je les ai laissé approcher jusqu'à portée de mes pistolets, mais avec un cheval lancé à l'allure de vingt milles par heure, il n'y a guère de chance pour qu'une seule balle arrive au but. La chose prenait donc une tournure funèbre, car je n'avais pas le temps de recharger, et la rapière, qui est la reine des armes en un duel, n'est pas assez lourde pour qu'on puisse compter sur elle on pareille occasion. Et au moment même de mon plus grand embarras, qu'est-ce que le hasard vient m'offrir ? Cette pierre si accessible, que les bons prêtres d'autrefois ont dressée évidemment dans le but unique d'assurer à de dignes caballeros une ressource contre ces ennemis ignobles, grogneux. Sans perdre de temps, j'ai grimpé dessus, non sans avoir eu quelque peine à arracher un de mes talons de la gueule du premier; il aurait peut-être réussi à m'entraîner s'il n'avait pas trouvé mon éperon un peu trop dur à avaler.