Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/126

Cette page n’a pas encore été corrigée


a maison.

Et pourquoi refuser ?

N'était-ce pas depuis longtemps le secret désir de mon coeur de voir un peu le monde, et pouvait-il se présenter une chance plus favorable ?

Mes souhaits, le conseil de mes amis, les espérances de mon père, tout cela tendait dans la même direction.

-Père, dis-je en rentrant à la maison, je suis prêt à partir où vous le voulez.

-Que le Seigneur soit glorifié! s'écria-t-il d'un ton solennel. Puisse-t-il veiller sur votre jeune existence et conserver votre coeur fermement attaché à la cause qui est certainement la sienne!

Et ce fut ainsi, mes chers petits-enfants, que fut prise la grande résolution, et que je me vis engagé dans un des partis de la querelle nationale.