Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/118

Cette page n’a pas encore été corrigée


Et vous, mon fils, l'orgueil du village, pouvez-vous faire un meilleur emploi de votre vigueur que de la consacrer à l'oeuvre de délivrer votre pays de ce joug insupportable ?

«C'est là un conseil qui serait qualifié de trahison, un conseil dangereux, qui pourrait aboutir à une courte confession et à une mort sanglante, mais, sur le Dieu vivant, je ne vous tiendrais pas un autre langage, quand vous seriez mon propre fils.

Ainsi parla le vieux charpentier d'une voix toute vibrante, tant il y avait de gravité.

Puis il se remit à travailler sa planche, pendant que je lui disais quelques mots de gratitude.

Ensuite, je m'éloignai en réfléchissant sur ce qu'il m'avait dit.

Je n'étais pas encore bien loin, quand la voix enrouée de Salomon Sprent interrompit mes méditations.

-Ohé, là-bas, ohé! beugla-t-il, bien que sa bouche fût à quelques yards seulement de mon oreille, est-ce que vous allez passer à travers mon écubier sans ralentir la marche ? Carguez les voiles, vous dis-je, carguez les voiles.

-Ah! dis-je, capitaine, je ne vous voyais pas. J'étais tout entier à mes réflexions.

-Tout à la dérive, et personne au poste de garde! dit-il en se frayant passage par la brèche de la haie. Par tous les nègres, mon garçon,