Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/83

Cette page a été validée par deux contributeurs.
83
DE SHERLOCK HOLMES

deux groupes d’individus mystérieux, et se complique encore par la présence de notre ami Scott Eccles, laquelle prouve que le défunt Garcia avait l’esprit de prévoyance et le sentiment assez développé de la conservation. Le fait remarquable en tout cela, c’est qu’au milieu d’une véritable jungle de possibilités nous n’ayons jamais, notre digne collaborateur Baynes et nous, perdu de vue les points essentiels, et qu’ainsi, à travers mille détours et lacets, nous ayons continuellement reconnu notre chemin. Y a-t-il encore quelque détail qui ne vous soit pas clair ?

— Le motif qui ramena le cuisinier mulâtre à Wisteria Lodge ?…

— Rappelez-vous l’espèce d’étrange bête momifiée que nous trouvâmes dans la cuisine. C’était le fétiche du mulâtre, homme primitif et sauvage venu des forêts qui constituent l’arrière-pays de San Pedro. En s’enfuyant avec lui vers la retraite convenue où devait les attendre un troisième complice, son compagnon lui persuada sans doute d’abandonner un objet si compromettant. Le mulâtre tenait à son fétiche. Il revint pour le chercher le lendemain. Mais quand, avant de se risquer dans la maison, il regarda par la fenêtre, il vit à l’intérieur l’agent Walters. Il ne revint plus de trois jours, puis sa piété, ou sa superstition, fut encore la plus forte. L’inspecteur Baynes, qui, avec sa roublardise habituelle, avait paru, devant moi, ne point faire cas de l’incident, en avait, dans la réalité, reconnu toute l’importance : il dressa une embuscade, où le mulâtre se laissa prendre. Pas d’autre point à éclaircir, Watson ?

— L’oiseau déchiqueté, le baquet de sang, les os carbonisés, tout le mystère de cette lugubre cuisine ?

Holmes sourit, en cherchant une note dans son portefeuille.