Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.
52
LA NOUVELLE CHRONIQUE

En dehors de ce que j’ai raconté, j’ignore tout de Garcia et de son destin. Je ne désire que servir la loi par tous les moyens en mon pouvoir.

— J’en suis sûr, monsieur Scott Eccles, absolument sûr, dit l’inspecteur Gregson du ton le plus aimable. Je conviens que les moindres détails de votre récit cadrent rigoureusement avec les faits tels que nous les connaissons. Entre autre, la remise de ce billet pendant le dîner. Auriez-vous, par hasard, remarqué ce que le billet avait pu devenir ?

— Oui. Garcia, après l’avoir roulé dans sa main, l’avait jeté au feu.

— Qu’en dites-vous, Baynes ?

Le détective provincial était un homme bouffi, sanguin, dont le visage se rachetait de la vulgarité par deux yeux d’un éclat peu commun, presque enfouis sous les sillons épais du front et des joues. Il sourit lentement, tandis qu’il retirait de sa poche un bout de papier décoloré :

— La cheminée avait des chenets, monsieur Holmes ; le billet passa par-dessus ; je l’ai recueilli intact.

Holmes sourit à son tour, en connaisseur.

— Il faut que vous ayez fouillé la maison avec soin pour faire cette trouvaille.

— Oui. monsieur Holmes, c’est ma manière. Dois-je lire le billet, monsieur Gregson ?

M. Gregson fit un signe d’assentiment.

— Il est écrit sur un quart de feuille de papier vergé blanc ordinaire sans filigrane, coupé en deux coups à l’aide de petits ciseaux, plié en trois et cacheté avec de la cire mauve sur laquelle on a apposé, en guise de sceau, un objet ovale et plat. Il porte l’adresse de M. Garcia, Wisteria Lodge. Et voici quel en est le texte :