Page:Doyle - La nouvelle chronique de Sherlock Holmes, trad Labat, 1929.djvu/145

Cette page a été validée par deux contributeurs.
145
DE SHERLOCK HOLMES

ne tarda pas à s’ouvrir. Nous nous élançâmes dans le couloir, dont il eut soin de refermer la porte ; puis nous montâmes un escalier tournant, sans tapis. Soudain la lanterne de mon ami révéla devant nous une fenêtre.

— La fenêtre, Watson. Nous y sommes.

Juste à ce moment, comme il levait le châssis, un sourd murmure se fit entendre, qui devint très vite un grondement énorme ; puis un train passa à toute vitesse. Holmes posa sa lanterne sur l’appui : la fumée des machines y avait laissé, à la longue, une couche de suie ; mais les marques d’un frottement étaient visibles, en certains endroits, sur le noir de la surface.

— Voyez-vous, Watson, c’est là qu’on avait allongé le corps. Eh, parbleu ! Qu’est ceci ? Du sang, pas de doute.

Et Holmes désignait du doigt de légères taches imprimées sur le cadre de la fenêtre.

— En voilà également sur la pierre de l’escalier, la démonstration est complète. Nous allons rester ici jusqu’à l’arrêt du train.

Notre attente fut courte. L’un des premiers trains qui suivirent ralentit presque aussitôt qu’il fut sorti du tunnel, et, dans un grincement de freins, s’arrêta au-dessous de nous. Il n’y avait pas quatre pieds d’écart entre le rebord de la fenêtre et le toit des voitures. Holmes referma doucement la fenêtre.

— Jusqu’ici, nos présomptions se vérifient, dit-il. Qu’en pensez-vous, Watson ?

— J’en pense que cela tient du chef-d’œuvre, il s’en faut peu que vous ne vous dépassiez.

— Tel n’est pas mon avis. Du moment où j’avais admis cette idée, après tout fort simple, qu’on avait