Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/99

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dit-il. Vous avez été très bons pour un inconnu. Mais je vois que vous avez eu l’occasion d’ouvrir ma sacoche.

— Nous comptions y trouver du vin ou de l’eau-de-vie, quand vous avez perdu connaissance.

— Ah ! je n’ai pas grand-chose là dedans, tout au plus… comment dites-vous cela ?… quelques économies. Ce n’est pas une grosse somme, mais il faudra que j’en vive tranquillement jusqu’à ce que je trouve quelque chose à faire. D’ailleurs il me semble qu’on pourrait vivre ici assez tranquillement. Il m’aurait été impossible de tomber sur un pays plus paisible, où il n’y a peut-être pas l’ombre d’un gendarme à cette distance de la ville.

— Vous ne nous avez pas encore dit qui vous êtes, d’où vous venez, ni ce que vous avez été, dit Jim d’un ton rébarbatif.

L’étranger le toisa des pieds à la tête, d’un air connaisseur.

— Ma parole, dit-il, mais vous feriez un grenadier pour une compagnie de flanc. Quant aux questions que vous me faites, j’aurais le droit de m’en fâcher, s’il s’agissait de tout au-