Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/97

Cette page a été validée par deux contributeurs.


La peau de son corps était extrêmement blanche jusqu’à la ligne brune du cou. Aussi les trous froncés et rouges n’en apparaissaient-ils que plus nettement sur la teinte générale.

D’en haut je pus voir qu’il y avait une dépression correspondante dans la dos à un endroit, mais qu’il n’y en avait point pour l’autre.

Si dépourvu d’expérience que je fusse, je pouvais dire ce que cela signifiait.

Deux balles avaient pénétré dans sa poitrine. L’une d’elles l’avait traversée ; l’autre y était restée.

Mais il se mit debout brusquement, tout en chancelant, et rabattit sa chemise d’un air soupçonneux.

— Qu’est-ce que j’ai fait ? dit-il. Ai-je perdu la tête ? Ne faites pas attention à ce que j’ai pu dire. Est-ce que j’ai crié ?

— Vous avez crié au moment même où vous êtes tombé.

— Qu’est-ce que j’ai crié ?

Je le lui répétai, quoique ce fussent des mots à peu près dépourvus de toute signification pour moi.