Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/96

Cette page a été validée par deux contributeurs.


gées de dents blanches comme les dents de loup.

— Mon dieu ! il passe ! cria Jim. Par ici, Jock, courez au ruisseau, et rapportez de l’eau dans votre chapeau. Vite, l’ami, ou il est perdu. En attendant, je défais ses vêtements.

Je partis en courant, et je revins au bout d’une minute, rapportant autant d’eau qu’il pouvait en tenir dans mon Glengarry.

Jim avait déboutonné l’habit et la chemise de l’homme.

Nous répandîmes de l’eau sur lui et nous en fîmes pénétrer quelques gouttes entre les lèvres.

Cela produisit un bon effet, car après deux ou trois fortes inspirations, il se mit sur son séant et se frotta lentement les yeux, comme un homme qui sort d’un sommeil profond.

Mais, à ce moment-là, ce n’était point sa figure que Jim et moi nous considérions ; c’était sa poitrine découverte.

On y voyait deux enfoncements profonds et rouges, l’un juste au-dessous de la clavicule et l’autre à peu près au milieu du côté droit.