Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/81

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et cousine, disait-elle, mais quant à n’être pas libre, et à ce que vous fussiez pour elle plus qu’un ami, c’étaient des bêtises. Ainsi vous le voyez, Jock, je n’étais pas tant à blâmer que cela, après tout, d’autant plus qu’elle m’a promis de vous faire voir par sa conduite envers vous, que vous vous étiez mépris en croyant avoir un droit quelconque sur elle. Vous avez dû remarquer qu’elle vous a à peine dit un mot pendant ces deux dernières semaines.

J’éclatai d’un rire amer.

— Hier soir, pas plus tard, fis-je, elle m’a dit que j’étais le seul homme au monde qu’elle pouvait jamais prendre le parti d’aimer.

Jim Horscroft me tendit une main cordiale, me la mit sur l’épaule et avança sa tête pour regarder dans mes yeux.

— Jock Calder, dit-il, je ne vous ai jamais entendu proférer un mensonge. Vous n’êtes pas en train de jouer double jeu, n’est-ce pas ? Vous êtes de bonne foi, maintenant. Entre vous et moi, nous agissons franchement, d’homme à homme ?

— C’est la vérité de Dieu, dis-je.

Il resta à me considérer, la figure contrac-