Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mais je n’étais pas près de l’oublier ! La cousine Edie eut cent questions à me faire au sujet de ses années d’adolescence, de sa vigueur, des femmes qu’il devait connaître probablement : elle n’en savait jamais assez.

Puis j’eus de ses nouvelles une seconde fois, dans la journée, mais d’une façon moins agréable.

Ce fut par mon père, qui rentra le soir, ne faisant que parler du pauvre Jim.

Le pauvre Jim avait passé tout ce temps à boire.

Dès midi, étant gris, il était descendu aux coteaux de Westhouse, pour se battre avec le champion gipsy et on n’était pas certain que l’homme passât la nuit.

Mon père avait rencontré Jim sur la grande route, terrible comme un nuage chargé de foudre, et prêt à insulter le premier qui passait.

— Bon Dieu ! dit le vieillard, il se fera une belle clientèle, s’il commence à rompre les os aux gens.

La cousine Edie ne fit que rire de tout cela, et j’en ris pour faire comme elle, mais je ne trou-